Comment faire un Pecha Kucha ?

Rien de plus ennuyeux que les interventions interminables lors de rĂ©unions d’entreprise ou de prĂ©sentation commerciale chez un client. Aujourd’hui, la mĂ©thode Pecha Kucha rĂ©volutionne et dynamise le format des prĂ©sentations orales.

Le terme Pecha Kucha, qui signifie « bavardage » en japonais, est apparu pour la première fois en 2003. On le doit Ă  deux architectes dĂ©sireux d’en finir avec les rĂ©unions sans fin auxquelles ils participaient. La mĂ©thode Pecha Kucha est donc aujourd’hui reconnue comme une solution intĂ©ressante et beaucoup plus dynamique qui remplace les prĂ©sentations PowerPoint classiques.

Le Pecha Kucha porte aussi le nom de « technique du 20×20 ». Il consiste en une prĂ©sentation orale se basant sur 20 slides, ou diapositives, qui s’enchainent toutes les 20 secondes. Le discours est donc formatĂ© pour ne pas dĂ©passer une durĂ©e totale de 6 minutes et 40 secondes.

Bien que paraissant simple, cette technique nĂ©cessite des compĂ©tences spĂ©cifiques pour rĂ©aliser une prĂ©sentation accrocheuse. Pour un pitch idĂ©al, l’utilisation du format Pecha Kucha requiert du dynamisme, mais aussi un sens de la concision et de la crĂ©ativitĂ©. De plus, chaque prĂ©sentateur doit pouvoir faire preuve d’une certaine aisance orale, ainsi que d’aptitudes en synthèse et en graphisme.

Le Pecha Kucha prend tout son sens lors de diffĂ©rents Ă©vĂ©nements incluant une prĂ©sentation Ă  un public : rĂ©union d’entreprise, confĂ©rence, rencontre avec des investisseurs ou des clients pour prĂ©senter un projet ou un produit.

Comment faire une présentation avec la méthode Pecha Kucha ?

Structurer sa présentation

Pour structurer son discours au format Pecha Kucha, il faut sĂ©lectionner les informations clĂ©s qui seront prĂ©sentĂ©es sur les diapositives. L’astuce consiste Ă  prendre 20 post-its pour visualiser les 20 diapositives et y prĂ©dĂ©finir ses idĂ©es. Chaque post-it comporte une idĂ©e accompagnĂ©e de quelques mots-clĂ©s. Il existe aussi diffĂ©rents outils web qui permettent de concevoir des prĂ©sentations comme Swipe, Zoho ou Emaze. Ces applications facilitent la crĂ©ation de diapositives et leur animation. Il est important de souligner que dans la technique Pecha Kucha, l’utilisation du jargon d’entreprise est Ă  Ă©viter. L’objectif est de rester clair et de se concentrer uniquement sur l’essentiel.

Soigner ses idées clés

Les idĂ©es clĂ©s vont permettre d’organiser le contenu du discours Ă  exposer au public. Il faut donc les placer dans un ordre cohĂ©rent afin qu’elles se succèdent de manière fluide et que l’auditoire arrive Ă  bien suivre le dĂ©roulement de la prĂ©sentation. Il est par exemple recommandĂ© de faire une courte introduction Ă  l’aide du premier slide. Ensuite, il faut garder en mĂ©moire que le format Pecha Kucha implique un certain art de la narration. Il est donc important d’exploiter tout son potentiel de crĂ©ativitĂ© pour prĂ©senter son projet comme s’il s’agissait d’une histoire Ă  raconter. Autrement dit, il faut s’appuyer sur la technique du storytelling, appelĂ© Ă©galement « communication narrative ». Mise en scène d’un personnage, rebondissements et Ă©motions constituent des ingrĂ©dients nĂ©cessaires pour toucher son auditoire, le surprendre et le tenir en haleine jusqu’Ă  la conclusion du pitch.

Utiliser des images pour illustrer ses diapositives

Une image vaut mieux que mille mots. Avec la technique Pecha Kucha, le visuel est au service du message, et non l’inverse. Le design de la prĂ©sentation doit faire l’objet d’une attention toute particulière sans pour autant prendre le pas sur le discours. Les idĂ©es clĂ©s doivent donc ĂŞtre illustrĂ©es avec des images plutĂ´t qu’avec un texte, pour que le public puisse se concentrer sur la prĂ©sentation orale. Ne pas prendre en compte ce conseil ferait retomber dans de longues prĂ©sentations traditionnelles. Les vidĂ©os sont Ă©galement Ă  Ă©viter pour ne pas perturber le message et faire passer l’orateur au second plan. Les visuels choisis doivent se caractĂ©riser par la simplicitĂ© et l’harmonie avec les propos tenus. De plus, l’ambiance visuelle nĂ©cessite de suivre une charte graphique cohĂ©rente du dĂ©but Ă  la fin de la prĂ©sentation. Les applications web citĂ©es prĂ©cĂ©demment proposent d’ailleurs de riches bibliothèques de mĂ©dias pour choisir des visuels percutants et efficaces.

S’entraĂ®ner oralement en mode Pecha Kucha

PrĂ©senter un projet en moins de 7 minutes est un exercice qui demande une prĂ©paration orale rigoureuse. L’objectif de cet entraĂ®nement consiste Ă  bien synchroniser le discours avec l’enchaĂ®nement des diapositives, sans interruption ni temps de transition. En utilisant la mĂ©thode Pecha Kucha, le prĂ©sentateur est invitĂ© Ă  faire preuve de fluidité et Ă  tenir le rythme. Pour s’entraĂ®ner, il peut rĂ©pĂ©ter devant des collègues ou des personnes extĂ©rieures Ă  l’entreprise pour avoir des retours objectifs. Se filmer permet Ă©galement de dĂ©tecter d’Ă©ventuels tics de langage. Tout cela permet d’amĂ©liorer la prĂ©sentation et d’Ă©liminer ses imperfections. Plus l’orateur pratique et plus il maĂ®trise son discours en format Pecha Kucha.

Commencer par se présenter à son public

Avant que l’orateur n’aborde l’essentiel, il est indispensable d’expliquer de manière brève qui il est et ce qui l’amène Ă  prĂ©senter son projet ou produit. Le public pourra ainsi obtenir un minimum d’informations sur lui ou son entreprise.

Présenter son projet au bon rythme

La projection automatique des diapositives permet Ă  l’orateur de se concentrer sur le discours et donc de maintenir le rythme. Il doit s’assurer que son intervention orale est cohĂ©rente avec le dĂ©filement des slides. Pour cela, il est important d’employer un dĂ©bit verbal ni trop lent ni trop rapide. En règle gĂ©nĂ©rale, un discours fluide correspond Ă  50 Ă  60 mots toutes les 20 secondes. En cas de trou de mĂ©moire, les mots-clĂ©s et les visuels prĂ©sents sur chaque slide doivent aider le prĂ©sentateur Ă  reprendre le fil de son discours. En cas de difficultĂ©s Ă  garder le rythme sur une des idĂ©es Ă©noncĂ©es, il faut resynchroniser son discours sur les slides suivantes.

Adopter le bon ton et les bons gestes

Chaque personne aborde diffĂ©remment le fait d’intervenir devant un public. Avant de prĂ©senter son projet avec la mĂ©thode Pecha Kucha, il est important pour l’orateur de respirer afin d’Ă©vacuer le stress et de se sentir dĂ©tendu et confiant. Au cours de son intervention orale, il doit utiliser un ton naturel et convaincant pour capter l’attention de ses interlocuteurs. La gestuelle tient Ă©galement une place importante, car elle permet de donner vie au projet exposĂ© et de garder l’auditoire attentif.

Conclure sa présentation et marquer les esprits

Les dernières secondes de prĂ©sentation ne doivent pas ĂŞtre nĂ©gligĂ©es, car elles dĂ©finissent l’impression gĂ©nĂ©rale que le public gardera en mĂ©moire. Il faut surtout Ă©viter une fin brutale. Le but du prĂ©sentateur est d’ancrer une image positive de son discours dans l’esprit de son auditoire. Il existe diffĂ©rents types de conclusion de prĂ©sentations : l’appel Ă  l’action, l’anecdote, la projection ou encore l’humour. Le prĂ©sentateur pourra alors observer les rĂ©actions du public afin d’avoir une idĂ©e plus prĂ©cise de l’intĂ©rĂŞt suscitĂ© et de l’efficacitĂ© de son discours.

Pour aller plus loin, téléchargez cet e-book gratuit et découvrez 5 techniques de prospection efficaces et les meilleures pratiques pour rédiger une offre commerciale convaincante. 

Comment créer une offre commerciale convaincante


Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Les champs requis sont indiqués *