Exclusif : Dans un contexte de crise sanitaire, la start-up Wellthy lève 35 millions de dollars en série B | Forbes France

Pendant la majeure partie de sa vie professionnelle, Lindsay Jurist-Rosner a mené ce qu’elle appelle une « double vie secrète » : elle s’occupait de sa mère, atteinte d’une sclérose en plaques progressive primaire. Lindsay Jurist-Rosner – qui a emménagé chez elle après l’université et y est restée pendant la majeure partie de sa vingtaine – aidait sa mère à prendre son petit-déjeuner, allait au travail, rentrait à la maison pour prendre des nouvelles pendant le déjeuner, retournait au travail et reprenait les soins le soir. Elle ne disait pratiquement rien à ses amis ou collègues de ce qu’elle faisait exactement, ni à quel point cela pouvait être difficile.

 

« Les aspects logistiques et administratifs des soins sont, je pense, la partie la plus compliquée » du rôle de soignant, explique Lindsay Jurist-Rosner. « La sclérose en plaques était presque simple : les médecins prescrivaient des traitements ; ma mère voyait des spécialistes plusieurs fois par an, mais c’est le quotidien qui était tout simplement étouffant à gérer et à mettre en place ».

En 2009, alors qu’elle était en train d’obtenir son diplôme de la Harvard Business School, Lindsay Jurist-Rosner a eu les germes d’une idée qui, selon elle, pourrait l’aider, elle et les millions d’autres Américains dans des situations similaires (ce qui représente aujourd’hui 53 millions de personnes, soit plus de 20% de la population adulte américaine) : un service de coordination des soins qui fournirait une multitude d’experts en soins qui pourraient aider les familles à naviguer dans les systèmes labyrinthiques de Medicare, Medicaid et des soins de longue durée. Elle avait même un nom pour ce service – Wellthy – et a acheté le domaine pour wellthy.com cette année-là. Mais il lui faudra encore cinq ans (et des emplois de jour à des postes de marketing chez Microsoft et Simulmedia) pour préparer l’idée et se préparer à la vie d’entrepreneure. Lindsay Jurist-Rosner a officiellement lancé le service en 2014.

Pendant une grande partie de son existence depuis lors, Wellthy a volé sous le radar. Il a commencé comme un service direct aux consommateurs et s’est étendu aux employeurs, en tant qu’offre d’avantages sociaux, en 2017. Au cours des quatre dernières années, Lindsay Jurist-Rosner a discrètement accumulé un portefeuille d’affaires de premier ordre qui comprend tout le monde, des poids lourds de la Silicon Valley – comme Facebook, Accenture, Cisco et Salesforce – aux entreprises de fabrication et de médias comme Kohler, Ashcroft, Colgate-Palmolive, Hearst et News Corp. Aujourd’hui, comme Lindsay Jurist-Rosner le confie en exclusivité à Forbes, Wellthy a levé 35 millions de dollars de fonds de série B qu’elle utilisera pour augmenter le nombre de ses employés (elle souhaite ajouter au moins 50 personnes à son équipe de 200 personnes) et étendre les services de coordination des soins de Wellthy au Royaume-Uni et au Canada.

« Si la prestation de soins est un problème qui concerne la génération sandwich américaine, c’est aussi un problème mondial », explique Lindsay Jurist-Rosner.

Le tour de table sursouscrit, qui porte le financement total de la société à 50 millions de dollars, a été mené par Rethink Impact, le plus grand fonds de capital-risque américain axé sur les femmes fondatrices qui résolvent des problèmes grâce à la technologie. La fondatrice et associée directrice de Rethink, Jenny Abramson, explique qu’elle a été attirée par la société à la fois en raison de la vision de Lindsay Jurist-Rosner et des bénéfices potentiels que Wellthy peut générer.

« Quand on pense que l’espace des soins vaut 111 milliards de dollars et qu’il croît à un taux de croissance annuel composé d’environ 11%, c’est un marché vraiment intéressant », a déclaré Jenny Abramson à Forbes. « Environ 20% des employés, du moins d’après les données que nous avons consultées, ont fourni des soins supplémentaires à des enfants ou à des adultes ayant des besoins particuliers au cours des 12 derniers mois seulement. Et c’est un domaine où, avec le vieillissement des baby-boomers, cela ne fera que croître ».

Le besoin va croître, mais la pandémie de Covid-19 a mis à nu les problèmes systémiques qui existent déjà et qui sont en place depuis longtemps en matière de prestation de soins en Amérique. L’année dernière, plus de deux millions de femmes ont été poussées hors du marché du travail américain pour s’occuper d’une personne dépendante ou d’un membre de la famille dans le besoin, et une étude récente de Time’s Up a révélé qu’un tiers de tous les employés américains ont quitté leur emploi afin de gérer une responsabilité de soins « non satisfaite ».

Cette même étude de Time’s Up a révélé que la plupart des employeurs sous-estiment considérablement le nombre de leurs employés qui assument l’équivalent d’un second emploi en s’occupant d’un proche : ces entreprises partaient du principe que 25% de leur personnel avait des responsabilités familiales, alors qu’en réalité, ce chiffre était plus proche de 75 %, soit trois personnes sur quatre.

Wellthy aide les employés qui doivent faire face à des situations délicates en s’appuyant sur l’expertise de travailleurs sociaux qui ont une expérience dans ce type de travail. Une formation « Wellthy University » permet aux travailleurs sociaux qui souhaitent devenir coordinateurs de soins de Wellthy de se familiariser avec les besoins spécifiques des clients de Wellthy. Une fois qu’ils sont officiellement intégrés, ils peuvent aider les familles à trouver des aides-soignants à domicile, à prendre des rendez-vous chez le médecin, à contester les factures d’assurance, à obtenir des réductions sur les médicaments ou même, à l’ère du Covid, à obtenir des rendez-vous pour les vaccins. Les utilisateurs de Wellthy peuvent suivre tout cela sur un tableau de bord numérique des soins.

Pour les employeurs, le service coûte 300 dollars par employé pour chaque mois de besoin ; pour les particuliers, 350 dollars par mois. Le « projet de soins » moyen, comme le décrit Lindsay Jurist-Rosner, dure en moyenne trois mois. Mais elle et l’investisseur Jenny Abramson soutiennent que le gain de temps en vaut la peine. « Lorsque vous économisez ce genre d’argent en temps pour les employés, et leurs familles, c’est un avantage énorme », dit Jenny Abramson. « Ils constatent que 55% des utilisateurs ont récupéré plus de dix heures de travail lorsqu’ils ont commencé à utiliser Wellthy, et 33% des personnes qui l’utilisent ont déclaré que cela leur a évité de prendre un congé ou de démissionner ».

Paurvi Bhatt fait partie de ce dernier groupe. Elle est présidente de la Fondation Medtronic et vice-présidente de la branche philanthropique de l’entreprise de technologie de la santé. Paurvi Bhatt a consacré sa carrière aux problèmes de santé mondiaux – elle a dirigé les efforts en matière de santé mondiale et de responsabilité sociale des entreprises chez Levi Strauss et Abbott, et avant cela, elle a dirigé les portefeuilles de l’économie et de VIH/sida à l’USAID – et elle l’a fait tout en étant la principale responsable des soins de ses deux parents.

Enfant unique et immigrée de deuxième génération originaire d’Asie du Sud, pour qui les soins aux personnes âgées sont une priorité familiale importante, Paurvi Bhatt a longtemps réussi à jongler entre sa carrière de cadre et ses fonctions de soignante, qui ont commencé lorsqu’elle avait 28 ans et que son père a été diagnostiqué comme souffrant d’un Alzheimer précoce. Il y a dix ans, alors que sa mère suivait un traitement contre le cancer, Paurvi Bhatt a déménagé chez ses parents pour tenter d’alléger sa tâche, mais il y a deux ans, juste avant l’arrivée de la pandémie, sa mère a été hospitalisée et mise sous oxygène.

« Je croulais sous une liste de choses à faire », dit-elle. « Le parcours des soins de santé pour faire quoi que ce soit, surtout pour les personnes âgées, nécessite au moins trois appels téléphoniques de suivi – et pendant les heures de travail – pour chaque chose. Et puis, si vous êtes confiné chez vous, comment orchestrer tout ce qui doit se passer à la maison ? ».

À cette époque, Medtronic a commencé à offrir Wellthy comme avantage social pour les employés, alors Paurvi Bhatt a fait appel à ce service et a été présentée à Stephanie, une coordinatrice de soins de Wellthy qui a aidé à prendre en charge l’aspect administratif des soins de la mère de Paurvi Bhatt.

« C’est comme si j’avais une personne de plus dans mon équipe de travail à qui je pouvais déléguer une partie de ces tâches pour que je puisse me concentrer sur ce que tout le monde me demande dans mon travail de jour », dit Paurvi Bhatt.

Les heures récupérées ont été transformatrices pour Paurvi Bhatt, qui dit qu’elle aurait été « perdue » en s’occupant seule de sa mère pendant la pandémie et qu’elle a pu voir une autre réalité sans Wellthy, dans laquelle elle se serait complètement retirée du marché du travail.

« C’est la première chose que j’ai vue dans mon expérience qui a été mise en place pour me garder [au travail] », dit-elle. « Je ne serais peut-être pas restée, ou qui sait ce qui se serait passé. Mais je sais pertinemment que Wellthy a largement contribué à m’aider à rester et on ne peut pas sous-estimer le pouvoir de cela ».

Article traduit de Forbes US – Auteure : Maggie McGrath

<<< À lire également : La crise sanitaire a-t-elle définitivement tué la musique ? >>>




Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Les champs requis sont indiqués *