La culture d’entreprise prend de la valeur en temps de crise – Forbes France

OPINION | Les valeurs d’une entreprise sont profondĂ©ment ancrĂ©es dans sa culture. Elles fĂ©dĂšrent les collaborateurs et les mettent en mouvement, dans un monde lui-mĂȘme en perpĂ©tuelle Ă©volution. Pour le collectif, c’est l’ADN, le code source Ă  partir duquel se dĂ©velopper. Pour l’individu, c’est la boussole qui le guide dans la tempĂȘte. La force de conviction qui l’empĂȘche de dĂ©crocher en phase d’accĂ©lĂ©ration.  Mais que se passe-t-il quand, sur fond de crise sanitaire, la tourmente prend soudain des allures de catastrophe gĂ©nĂ©ralisĂ©e ? Plus que jamais malmenĂ©es, les valeurs d’entreprise vont–elles ĂȘtre balayĂ©es ? Parviendront-elles, au contraire, Ă  se rĂ©initialiser dans le contexte du monde d’aprĂšs ? La question, pour passionnante qu’elle est, se rĂ©vĂšle surtout cruciale.

Par  Melchior du Boullay, Directeur général de Club Freelance & Mindquest


“Culture eats strategy for breakfast”

Cela n’aura Ă©chappĂ© Ă  personne : les jeunes gĂ©nĂ©rations se montrent de plus en plus sensibles aux valeurs vĂ©hiculĂ©es par leur employeur. RĂ©sultat : la culture d’entreprise reprĂ©sente aujourd’hui un vrai point de diffĂ©renciation et un fort levier d’attractivitĂ©. Comme l’a Ă©crit Peter Drucker, Ă©minent thĂ©oricien et consultant en management d’entreprise : Culture eats strategy for breakfast, que l’on peut traduire par : la culture mange la stratĂ©gie au petit dĂ©jeuner. Cela ne signifie nullement que la stratĂ©gie joue un rĂŽle mineur dans le dĂ©veloppement et la rĂ©ussite, mais plutĂŽt que seule une culture d’entreprise forte, forgĂ©e sur des valeurs qui le sont tout autant, saura mobiliser et fĂ©dĂ©rer l’ensemble des collaborateurs pour les mener durablement sur la route du succĂšs. Par ailleurs, il y a ce que l’on dit et ce que l’on fait, et il faut donc toujours veiller Ă  la bonne adĂ©quation entre valeurs et stratĂ©gie. La culture d’entreprise ne peut exister que si le dirigeant est en phase avec elle et l’incarne au quotidien dans ses actions. Ainsi, on ne peut plus s’ériger en dĂ©fenseur de l’écologie et nouer des partenariats douteux avec des entreprises polluantes. La donne a changé ! Les entreprises sont maintenant confrontĂ©es Ă  l’impĂ©rieuse nĂ©cessitĂ© de faire Ă©voluer leur culture en tenant compte des Ă©volutions de la sociĂ©tĂ©. C’est bien beau de revendiquer soudain une valeur dans l’air du temps, bien perçue en interne, mais encore faut-il l’appliquer de maniĂšre concrĂšte, faute de quoi vos collaborateurs ne se sentiront ni concernĂ©s, ni impliquĂ©s.

Les valeurs, c’est du concret

Les valeurs d’une entreprise n’ont rien d’abstrait. Elles se construisent en fonction de son activitĂ©, de sa taille ou encore de la sociologie de ses salariĂ©s. Elles recouvrent chaque fois une maniĂšre d’ĂȘtre et d’agir, des comportements et des rites, des rĂšgles et des process. Je crois profondĂ©ment qu’une stratĂ©gie qui dĂ©vierait soudainement de son axe, sans s’appuyer sur la rĂ©alitĂ© de ses valeurs, serait condamnĂ©e Ă  l’échec. En cas de dĂ©veloppement accĂ©lĂ©rĂ©, de crise ou de pivot, la culture de l’entreprise doit Ă©videmment s’adapter, mais en aucun cas se renier. Pour cela, il faut commencer par Ă©couter ce que les collaborateurs ont Ă  dire. Les valeurs, contrairement Ă  la stratĂ©gie, ne viennent pas d’en haut mais bien du socle. Elles sont un ciment, un gage de soliditĂ© et font de la culture une sorte d’autoritĂ© supĂ©rieure. Il n’est ainsi pas rare d’entendre des collaborateurs s’y rĂ©fĂ©rer facilement, voire avec dĂ©ferrement, comme si invoquer la culture Ă©tait une rĂ©ponse Ă  tout : « nous faisons comme ça, car c’est dans notre culture ». Et ce n’est pas pour rien si l’efficacitĂ© opĂ©rationnelle d’une entreprise repose en grande partie sur la communication interne. Il faut sans cesse rappeler les valeurs que l’on entend partager et faire tĂ©moigner sans relĂąche ceux qui les mettent chaque jour en Ɠuvre. Et, c’est d’autant plus vrai en situation de crise. Une valeur ce n’est pas juste un mot, lancĂ© Ă  la volĂ©e. Ce qui importe en premier lieu, c’est la maniĂšre dont chacun va se l’approprier, pour l’incarner et la faire vivre dans son travail.

Puiser dans ses valeurs pour rĂ©enchanter l’avenir

Une entreprise qui traverse une crise majeure rebondira toujours grĂące Ă  l’implication de ses collaborateurs. Il suffit de regarder ce qui se passe depuis le dĂ©but de cette pandĂ©mie. La culture d’entreprise a jouĂ© un rĂŽle dĂ©terminant dans la capacitĂ© de chacun Ă  s’adapter. ConfrontĂ©s Ă  une situation inĂ©dite, les individus ont su rĂ©initialiser leurs valeurs. Prenons l’exemple de l’autonomie. Aujourd’hui comme hier, le mot demeure le mĂȘme, mais la rĂ©alitĂ© qu’il recouvre a totalement changĂ©. Il y a encore deux ans, ĂȘtre autonome, cela voulait dire ĂȘtre libre d’agir dans son pĂ©rimĂštre de compĂ©tences, sans avoir Ă  en rĂ©fĂ©rer au quotidien Ă  son manager. Avec la Covid et la montĂ©e en puissance du tĂ©lĂ©travail, la notion s’est Ă©largie. Beaucoup, dĂ©sormais, gĂšrent tout par eux-mĂȘmes : leur emploi du temps comme leur organisation de travail. Demain, chacun devra tirer les leçons de cette pĂ©riode. C’est le principal challenge qui attend les entreprises si elles veulent rĂ©enchanter l’avenir : comment faire Ă©voluer ses valeurs sans dĂ©sengager ses troupes et, surtout, comment capitaliser sur les acquis de la crise sanitaire ? Elles vont devoir tout remettre Ă  plat : interroger leurs valeurs, crĂ©er des groupes de travail, faire remonter le ressenti, le vĂ©cu et les envies de chacun. Il devient urgent d’identifier les diffĂ©rences entre le monde d’avant et le monde d’aprĂšs, afin de redĂ©finir les bons process et les plans d’actions les plus efficients. Vaste et beau programme !

Une tribune de Melchior du Boullay, Directeur général de Club Freelance & Mindquest




Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Les champs requis sont indiqués *