Le Bordeaux et le Bourgogne auraient-ils perdu leur rĂ©putation de meilleurs vins du monde ? – Forbes France

En 1855, lors d’une exposition à Paris, un groupe de négociants bordelais a décidé de donner un sens à la myriade de vignobles en les classant en fonction des vins qui se vendaient le plus cher dans le secteur. Ce classement, qui allait des premiers crus aux cinquièmes crus, a permis d’identifier 62 des 2000 vignobles de la région.

Soixante-deux vignobles sur 2 000 étaient répertoriés et, avec seulement quelques remaniements dans les classements et l’ajout ultérieur du Château Mouton-Rothschild aux premiers crus, les meilleurs vins sont restés les mêmes, rapportant toujours le plus d’argent sur le marché, ainsi que plusieurs grands Bourgogne comme ceux des domaines de Romanée-Conti.

Cependant, un rapport en ligne qui vient d’être publié par Liv-ex, une place de marché mondiale pour le commerce du vin basée à Londres, où 550 entreprises de vins fins du monde entier achètent et vendent du vin, indique que plusieurs vins californiens se classent désormais parmi les meilleurs. Publié pour la première fois en 2009, le classement Liv-ex a été mis à jour tous les deux ans pour refléter l’évolution des conditions du marché, en utilisant la méthodologie des prix de 1855 pour déterminer une hiérarchie. Les vins californiens tels que Harlan Estate, Colgin, Scarecrow et Screaming Eagle se sont tous classés dans le premier tiers, avec quelques étoiles montantes comme Opus One Overture, The Bard de Realm Cellars, le Cabernet Sauvignon de Spottswoode et le Cabernet Sauvignon d’Ulysses.

Pour mettre en perspective les conclusions du rapport, j’ai interviewé Anthony Maxwell, directeur et chef des ventes de Liv-ex. Né en Afrique du Sud et élevé en France avant de s’installer au Royaume-Uni à l’adolescence, M. Maxwell a travaillé pour le ministère des Affaires étrangères à Genève et la Fédération internationale des vins et spiritueux (FIVS) à Paris. Il a ensuite travaillé pour John Armit Wines pendant huit ans, dirigeant leur département commercial et leur département de vente aux clients privés avant de rejoindre Liv-ex en 2005.

D’après vous, pourquoi cette désaffection pour les vins français (Bordeaux / Bourgogne) ? Le Covid-19 a-t-il quelque chose à voir avec cela ?

Il y a probablement deux raisons à cette évolution. La première est que la définition de « bon vin » est aujourd’hui plus large qu’elle ne l’était auparavant. Elle n’est plus limitée au seul Bordelais ou aux seuls vins français, ce qui a considérablement ouvert le monde du vin fin, surtout lorsque d’autres régions peuvent égaler les Français en termes de qualité.

Une autre raison est que les acheteurs recherchent un meilleur rapport qualité-prix et, ce faisant, ils se tournent vers ces autres régions. Cela étant dit, les vins français continuent d’être extrêmement populaires. Dans certains cas, les acheteurs se sont tournés vers la Champagne et le Rhône à la recherche d’un bon rapport qualité-prix. Au sein même de la Bourgogne et du Bordelais, les acheteurs se tournent vers des producteurs et des AOC prometteurs où les prix ne sont pas aussi élevés.

Bon nombre des tendances du classement sont antérieures à la pandémie de Covid-19. Toutefois, cette évolution vers un marché plus diversifié a certainement été accélérée.

Certains vins français ont-ils un prix qui les exclut du marché ?

Je ne pense pas que ce soit nécessairement le cas. Comme le montrent nos classements Power 100, les vins français dominent toujours et continuent de constituer la majorité des marques les plus puissantes sur le marché des vins fins.

Si l’on examine les composants de l’indice Liv-ex 1000, l’indice Bordeaux 500, qui reflète l’évolution des prix de 500 vins leaders de la région, est en hausse de 5,05 % depuis le début de l’année et de 7,7 % sur un an. Les indices Bourgogne 150, Champagne 50 et Rhône 100 ont également enregistré des gains impressionnants sur les mêmes périodes.

Les prix des vins français continuent d’augmenter, mais ceux des vins d’autres régions progressent également, et plus rapidement.

Sur une note positive, le classement met en évidence la valeur qui existe encore dans les régions françaises classiques. Vous pouvez encore acheter des Bordeaux classés pour des centaines de livres, et non des milliers. On trouve également des Bourgogne qui ne coûtent pas des milliers d’euros la bouteille. La Champagne et le Rhône continuent d’offrir d’excellents prix dans certains de leurs plus grands domaines et terroirs.

Quels sont les critères d’inclusion ?

Pour faire partie du classement, un vin doit avoir été négocié sur Liv-ex entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021 dans un format de bouteille de 75cl ou 150cl. Les transactions Standard in Bond, Standard En Primeur et Duty Paid ont toutes été prises en compte, sauf pour la Bourgogne, la Champagne, l’Australie et les États-Unis où les transactions spéciales étaient également autorisées. Cinq millésimes ou plus du vin doivent avoir été négociés pendant cette période et le vin doit avoir été négocié 15 fois ou plus.

Une fois qu’un vin a rempli les conditions requises pour figurer dans le classement, le prix moyen par caisse de 12 bouteilles est calculé et le vin est classé dans la tranche de prix correspondante.  Les fourchettes de prix sont mises à jour tous les deux ans afin de refléter l’évolution des conditions du marché. Cette année, nous avons ajusté nos fourchettes de prix en fonction de la performance de l’indice Liv-ex 1000. Entre mai 2019 (date de la dernière mise à jour de notre classification) et juin 2021, le Liv-ex 1000 a augmenté de 6,36 % et les tranches de prix de chaque niveau ont été ajustées en conséquence. La tranche de prix la plus basse concernait le 5e palier (entre 306 et 382 £ par 12×75) et la plus élevée était le 1er palier (3 060 £ et plus).

Quelle tendance Ă  long terme voyez-vous Ă©merger de ce rapport ?

Le classement de cette année confirme les tendances du marché secondaire que nous avons soulignées à de nombreuses reprises au cours de l’année écoulée.

La première est le déclin de la part des Bordeaux dans les échanges sur le marché secondaire, qui se reflète dans la composition du classement au fil du temps. En 2019, les Bordeaux représentaient 37% du classement, cette année, ils ne constituent que 28,6%. La diversification du marché en est une autre, puisque davantage de vins de chaque pays se sont échangés. Par exemple, en 2019, les vins américains n’apparaissaient que dans les deux premiers niveaux, mais cette année, ils sont répartis sur quatre. Il en va de même pour le Bordelais, la Toscane, le Piémont et le Rhône, dont les vins étaient répartis sur les cinq niveaux. La Bourgogne se retrouve dans quatre niveaux, et le Portugal et l’Australie dans trois. Il ne fait aucun doute qu’à mesure que les prix des régions et des marques connues continuent d’augmenter, les acheteurs continueront d’explorer les régions émergentes à la recherche d’une meilleure valeur. Cette tendance devrait se poursuivre.

Article traduit de Forbes US – Auteur : John Mariani

<<< À lire également : L&#8217;histoire de l&#8217;un des plus grands producteurs de vin de Bourgogne : Pierre-Yves Colin-Morey >>>




Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Les champs requis sont indiqués *