Le guide pour gérer un projet web

Si vous avez un projet web en tĂȘte, qu’il s’agisse de dĂ©velopper un site web ou une application mobile, de nombreux Ă©lĂ©ments et parties prenantes vont graviter autour de la rĂ©alisation du projet en lui-mĂȘme. Comment mettre en Ɠuvre un projet web avec succĂšs ? Quelle mĂ©thodologie privilĂ©gier ?

1 – La prise de brief

L’Ă©tape de prise de brief permet de recueillir le besoin du commanditaire. En effet, un projet web repose nĂ©cessairement sur un besoin identifiĂ©, que le client cherche Ă  rĂ©soudre en faisant appel Ă  un expert. La prise de brief est prĂ©liminaire Ă  la constitution d’un cahier des charges, document de rĂ©fĂ©rence sur lequel les Ă©quipes projet pourront s’appuyer rĂ©guliĂšrement.

Le cahier des charges décrit précisément les fonctionnalités attendues cÎté client, et les compétences techniques à mobiliser du cÎté du prestataire. Il permet de mesurer le niveau de faisabilité et de rentabilité du projet, et bien entendu de le chiffrer.

2 – La dĂ©finition de l’objectif du projet

La dĂ©finition d’un objectif inhĂ©rent au projet est essentielle. Sans cela, le projet web ne suit pas une ligne directrice fixe. À cette Ă©tape, le rĂŽle du chef de projet est de recueillir l’ensemble des ressources nĂ©cessaires Ă  l’atteinte de cet objectif. Dans le cas de la crĂ©ation d’un site web marchand par exemple, il ne peut se contenter de la livraison d’un site web finalisĂ© comprenant les fonctionnalitĂ©s attendues par le client.

Si l’objectif fixĂ© Ă©tait l’augmentation du nombre de prospects dans les 6 mois suivant la mise en ligne, il devra s’assurer que l’outil a permis d’atteindre ce but. Le prestataire a bien sĂ»r un rĂŽle d’accompagnateur dans la dĂ©finition de l’objectif du projet. Son principal dĂ©fi est de comprendre l’environnement de son client, et de se familiariser avec les enjeux du projet, quels qu’ils soient.

3 – La constitution de l’Ă©quipe projet

La gestion d’un projet web intĂšgre la mobilisation des Ă©quipes compĂ©tentes, et cela au bon moment. Une fois que le projet est bien cadrĂ© et son pĂ©rimĂštre dĂ©fini, le chef de projet coordonne l’intervention de diffĂ©rents profils mĂ©tiers pour constituer une Ă©quipe adaptĂ©e Ă  chaque projet.

Sur un projet web, l’Ă©quipe est gĂ©nĂ©ralement composĂ©e de dĂ©veloppeurs, d’un UX designer ainsi que d’un ou plusieurs chefs de projet.

4 – La conception de l’outil

La phase de production commence lorsque les membres de l’Ă©quipe projet se coordonnent pour mettre en Ɠuvre la conception. Elle comprend diffĂ©rentes Ă©tapes, certaines pouvant ĂȘtre menĂ©es de front, tandis que d’autres sont dites « itĂ©ratives », c’est-Ă -dire que la fin d’une Ă©tape entraĂźne le dĂ©but d’une autre, gĂ©nĂ©ralement le passage d’une compĂ©tence Ă  une autre.

Les grandes Ă©tapes de la conception d’un outil web tel qu’un site, une application mobile ou une marketplace sont :

  • Le choix d’un hĂ©bergement ainsi que d’un nom de domaine.
  • Le dĂ©veloppement du site (Ă  partir d’un langage de programmation ou bien depuis un CMS).
  • La rĂ©daction des contenus et la crĂ©ation de visuels.
  • L’intĂ©gration de scripts webmarketing pour avoir accĂšs au suivi statistique du support web.

5 – La recette

La recette, ou phase de recettage, revient au chef de projet. Elle consiste Ă  tester l’ensemble du site ou de l’application Ă  la recherche d’Ă©ventuelles erreurs de dĂ©veloppement ou de problĂšmes techniques. Elle vise Ă  valider la conformitĂ© du produit fini avec les rĂ©sultats attendus et formulĂ©s en dĂ©but de projet.

La recette peut avoir lieu plusieurs fois si le produit final n’est pas validĂ©. Certaines Ă©tapes de la conception peuvent mĂȘme ĂȘtre amenĂ©es Ă  ĂȘtre reprises jusqu’Ă  ce que l’objectif final du projet soit atteint.

6 – Le dĂ©ploiement

La mise en ligne ou dĂ©ploiement de l’outil intervient lorsque toutes les Ă©tapes de conception ont Ă©tĂ© validĂ©es par le recettage et qu’aucun obstacle n’a Ă©tĂ© relevĂ©, ni du cĂŽtĂ© du prestataire ni de celui du commanditaire.

La phase de mise en ligne ne permet pas de savoir dans l’immĂ©diat si un site web, par exemple, atteint ses objectifs en termes de trafic. Il faut pour cela attendre quelques temps, afin qu’une audience se crĂ©e. Des actions promotionnelles et de webmarketing permettront de booster la visibilitĂ© du site et de mesurer ses performances.

7 – Le suivi du projet web et son amĂ©lioration continue

Pour rendre compte de l’efficience du projet web et des performances de l’outil, il est essentiel de ne pas vous arrĂȘter Ă  sa mise en ligne. Un site web comme une application mobile nĂ©cessitent une analyse approfondie et constante de leurs rĂ©sultats lorsqu’ils sont au contact de leur audience.

Ainsi, les prestataires tels que les agences web proposent à leurs clients un suivi des performances de leur site web, via des prestations de référencement naturel par exemple, ou via la mise en place de campagnes promotionnelles en ligne.

5 conseils pour la gestion d’un projet web

Pour garantir le succĂšs d’un projet web, la mĂ©thodologie et l’expĂ©rience du terrain sont les deux critĂšres les plus importants. Voici quelques conseils pour Ă©viter les erreurs les plus courantes si vous dĂ©butez en gestion de projets web, mĂȘme si quelques imprĂ©vus seront forcĂ©ment au rendez-vous.

Aligner la stratĂ©gie web avec la stratĂ©gie marketing de l’entreprise

La stratĂ©gie marketing globale de l’entreprise commanditaire ne doit pas ĂȘtre Ă©trangĂšre Ă  la crĂ©ation d’un site web ou d’une application mobile, bien au contraire. En rĂ©alitĂ©, une stratĂ©gie web efficace s’appuie sur des objectifs marketing gĂ©nĂ©raux. En bref, le web est au service de la rĂ©alisation d’objectifs commerciaux qui dĂ©passent ses propres objectifs fonctionnels.

Un site web est une vitrine de communication. Il permet de matĂ©rialiser des actions concrĂštes en faveur d’objectifs marketing tels que l’acquisition de leads ou la gĂ©nĂ©ration de valeur.

Constituer une Ă©quipe solide

La soliditĂ© de l’Ă©quipe constituĂ©e par le chef de projet est d’une grande importance dans la rĂ©ussite du projet. Une bonne Ă©quipe doit permettre de crĂ©er une complĂ©mentaritĂ© entre les diffĂ©rentes compĂ©tences des membres de l’Ă©quipe.

Suivant la spĂ©cificitĂ© des projets, il est conseillĂ© de faire travailler chaque mĂ©tier en binĂŽme, en associant par exemple deux dĂ©veloppeurs, un back-end et un front-end, pour le dĂ©veloppement du site. La communication entre les diffĂ©rents pĂŽles mĂ©tiers est essentielle afin de faire en sorte que le projet se dĂ©roule de la maniĂšre la plus fluide possible, en particulier lors du passage d’une tĂąche Ă  une autre.

Avoir recours aux outils collaboratifs

Les outils collaboratifs en ligne permettent justement de rĂ©duire les temps d’ajustement entre les diffĂ©rentes phases d’un projet. Ils facilitent la communication entre les membres de l’Ă©quipe et renforcent l’implication de chacun. Wimi, Wrike ou encore Trello se dĂ©ploient facilement et offrent une flexibilitĂ© adaptĂ©e aux projets web.

Être rĂ©aliste dans la planification du projet

Bien planifier les diffĂ©rentes phases du projet est probablement la tĂąche la plus difficile pour un chef de projet. La rĂ©alisation d’un rĂ©troplanning peut permettre de dĂ©passer cette difficultĂ©, mĂȘme s’il est conseillĂ© de garder des dĂ©lais allongĂ©s pour prĂ©venir tout ralentissement dans le dĂ©roulement du projet.

Les mĂ©thodes de gestion de projet Ă©voluent pour s’adapter de plus en plus aux spĂ©cificitĂ©s des projets web. Les mĂ©thodes agiles, par exemple, intĂšgrent une grande souplesse permettant d’ajuster le dĂ©roulĂ© du projet en cas de retard. Pour autant, les mĂ©thodes classiques telles que la rĂ©alisation d’un diagramme de Gantt ne cessent de faire leurs preuves.

Trouver une méthodologie adaptée au projet

La gestion de projet web repose sur diffĂ©rentes mĂ©thodes thĂ©orisĂ©es. Le plus important n’est pas de suivre une mĂ©thodologie Ă  la lettre, mais de trouver celle qui s’adapte le mieux Ă  votre projet. Il demeure Ă©galement possible de croiser diffĂ©rentes mĂ©thodologies de gestion de projet.

Ainsi, les mĂ©thodes traditionnelles telles que Waterfall ou le chemin critique peuvent ĂȘtre utilisĂ©es pour des projets relativement simples, ou si vous dĂ©butez. Elles reposent sur le principe de l’itĂ©ration : la finalisation d’une tĂąche entraĂźne le dĂ©but d’une autre.

La mĂ©thodologie PMI/PMBOK consiste, quant Ă  elle, Ă  dĂ©composer le projet en 5 Ă©tapes ou groupe d’actions. Les mĂ©thodes agiles, plus rĂ©centes, intĂšgrent des notions de complĂ©mentaritĂ© entre les tĂąches et offrent plus de souplesse. Elles demandent nĂ©anmoins plus de ressources humaines et financiĂšres. Enfin, les mĂ©thodologies dites adaptatives se basent sur la gestion des risques d’organisation.

Pour aller plus loin, tĂ©lĂ©chargez ce guide d’introduction aux langages HTML et CSS et dĂ©couvrez les bases de ces deux langages de programmation.

Guide d'introduction aux langages HTML et CSS


Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Les champs requis sont indiqués *