Replacer l’humain au cœur de la gestion de patrimoine et immobilier

Faire appel à un conseiller pour vous accompagner dans la gestion de votre patrimoine est un choix crucial, et pourtant en apparence vertigineux face au nombre important de cabinets de conseillers en gestion. Voilà plus de quatre ans qu’Aurélie Taeymans a ouvert son propre cabinet de gestion de patrimoine et immobilier. Taeymans Patrimoine replace l’humain au cœur de son activité. Aurélie Taeymans souhaite en effet que ses clients se sentent écoutés et rassurés dans leurs propres intérêts. Une relation qu’elle envisage d’ailleurs comme un mariage sur le long terme. 

Pouvez-vous résumer votre parcours ?

Aurélie Taeymans : J’ai suivi un cursus de droit, et je suis titulaire d’un Master 2 Ingénierie du Patrimoine. J’ai été salariée pendant environ six ans et demi, puis j’ai souhaité ouvrir un cabinet indépendant pour être en adéquation avec mes valeurs et placer l’empathie au centre de mon activité. En parallèle à la création de mon entreprise, je suis retournée sur les bancs de l’université de droit pour obtenir un diplôme de médiateur de Justice. Ces cours m’ont confirmé que la neutralité et l’impartialité sont nécessaires pour effectuer mon métier.

À mes yeux, un simple mot peut avoir des dizaines d’interprétations selon la sensibilité de chacun. Il est donc important de prendre en compte le ressenti de toute personne pour lui offrir le meilleur accompagnement possible. Voilà pourquoi Taeymans Patrimoine se focalise sur ses clients et a pour vocation de répondre à 100 % de leurs demandes. Par ailleurs, j’interviens localement, mais aussi nationalement et internationalement. 

Quel rôle jouez-vous auprès de votre clientèle patrimoniale ?

Aurélie Taeymans : J’assure un accompagnement patrimonial, mais pas que. Prenons un exemple ! Si l’un de mes clients m’explique qu’il a besoin de trouver un logement pour son fils à Bordeaux, je suis en mesure de l’aider non seulement pour lui trouver le logement idéal, mais aussi en m’occupant des devis de déménageurs, pour trouver l’assurance habitation, etc. Le sens du service est primordial pour moi, et j’aime aller jusqu’au bout d’une action. C’est ce que j’appelle mon service conciergerie. Je peux dépanner mes clients s’ils ont besoin d’un plombier, s’ils souhaitent trouver une femme de ménage ou inscrire leur enfant à la crèche, m’occuper de la succession du décès d’un proche d’un client, etc. Dès qu’il y a une difficulté, un besoin de conseils financiers, de conseils en gestion de patrimoine, ou un projet patrimonial, ils peuvent compter sur moi ! Moi et mon client sommes partenaires, liés par un seul engagement : le soutien !

La Covid-19 a positivement impacté l’achat et l’investissement immobilier. Avez-vous aussi ressenti cela ?

Aurélie Taeymans : Il y a bien un réel attrait pour l’immobilier ! Je l’ai constaté auprès de mes clients, pour qui je propose surtout de l’immobilier ancien en hyper-centre-ville de Toulouse, à Bordeaux, Marseille, etc. Un choix judicieux pour valoriser votre patrimoine. Certains se sont dirigés vers l’achat d’une nouvelle résidence principale, et la Covid-19 n’y est pas pour rien. Ils se sont rendu compte que leur logement était trop étroit, avaient besoin d’un extérieur ou tout simplement envie de changement. Beaucoup de T3 ou de T4 ont ainsi été mis à la vente en hyper-centre-ville de Toulouse, et plus encore lorsqu’ils n’étaient pas dotés de balcon ou de terrasse. Les habitants préférant se rendre dans divers quartiers résidentiels toulousains, afin d’y acheter une maison. Quitter le centre-ville pour la périphérie toulousaine est aussi l’une des grandes tendances.

D’autres clients se sont tournés vers l’achat d’une résidence secondaire, ce qui est une nouveauté, probablement due à l’impossibilité de voyager et au besoin de changer d’air. Depuis la crise sanitaire, l’immobilier est en croissance de 20 % depuis la Covid dans une ville comme Arcachon. C’est un vrai boom, puisqu’il s’élevait auparavant à + 10 % « seulement » lors d’une année ordinaire. Enfin, le locatif en centre-ville et notamment les petits appartements sont toujours autant plébiscités. Contre toute attente, les prix de l’immobilier n’ont pas baissé lors du premier déconfinement. Ils se sont plutôt stabilisés !   

Observez-vous une tendance particulière dans votre secteur ?

Aurélie Taeymans : Le Français est de plus en plus sensibilisé à l’agriculture biologique et à la production made in France. Depuis quelques années, des produits labellisés ISR (investissement socialement responsable) ont été introduits et séduisent les clients. La Covid et l’épargne cumulée des Français ont accru la nécessité de donner du sens aux placements. Aux solutions d’investissement se sont ainsi greffés des principes de développement durable. L’ISR prend en compte le respect de l’environnement, la bonne gouvernance d’une entreprise, le bien-être de ses salariés, etc. 

Avez-vous un mot de la fin ?

Aurélie Taeymans : En conclusion, le métier de conseiller en gestion de patrimoine & immobilier repose pour moi sur la disponibilité, la compétence et l’esprit d’équipe.  Je souhaite « casser » l’idée que cette thématique n’est réservée qu’à une catégorie de personnes. Je veux juste rendre la matière accessible à ceux qui en ont besoin, tout simplement. Je résumerais mon activité par ces quelques mots : un besoin, une écoute, une aide et du respect.

   




Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Les champs requis sont indiqués *