Réseaux sociaux : et si vous arrêtiez de subir le dictat des “bonnes pratiques” ?

Depuis que j’accompagne des indépendants à développer leur présence en ligne, je me rends compte que beaucoup sont terrorisés par l’idée de mal faire : que va-t-on penser d’eux s’ils ne font pas les choses “comme il faut” ? S’ils ne sont pas alignés avec les injonctions des bonnes pratiques leur disant de poster comme ceci, ou de communiquer comme cela ? En prenant conscience de cette peur paralysante chez les entrepreneurs, je prends aussi conscience que ces règles communément admises en matière de communication peuvent mettre à mal notre créativité. Dans ce contexte, sortir du cadre d’une communication normée devient une option sérieusement envisageable. Et c’est le pari que j’ai fait…

Vous n’êtes pas obligé de déballer votre vie sur les réseaux sociaux pour vendre

Lorsque j’échange avec des abonnés, je remarque que beaucoup ont du mal à se mettre en avant et disent ne pas savoir « se vendre ».

Et quand on analyse bien, beaucoup n’ont clairement pas envie de se montrer, et cela ne relève pas seulement de la timidité.

Alors j’ai une bonne nouvelle pour vous !

Vous n’êtes pas obligé d’étaler votre vie sur les réseaux sociaux :

Alors certes, montrer votre tête vous permet :

  • D’inspirer confiance ;
  • De rendre votre communication plus personnalisée ;
  • De toucher un certain public.

Mais si vous freinez des 4 fers, ne vous engouffrez pas sur ce chemin !

Posez-vous les questions suivantes :

  • Votre appréhension à vous montrer relève-t-elle de la peur ou du manque d’envie ?
  • Votre cible est-elle sensible à ce type de communication très « visuelle » ?
  • Comment pouvez-vous inspirer confiance et vous démarquer sans vous afficher ?

C’est à ces questions que vous devez pouvoir répondre.

Et pour vous aider, voici quelques conseils :

  • Vous montrer ne veut pas dire afficher votre tête partout ;
  • Une communication personnalisée peut passer par l’écrit, et la première personne, sans photo ni vidéo de vous obligatoire ;
  • Le présentiel et le réseautage sont encore des outils utiles pour les entrepreneurs en 2021 !

Alors certes, j’affiche ma tête partout dans ma communication, mais :

  • Je ne me suis jamais fait violence ;
  • Je ne communique qu’en utilisant les supports et formats avec lesquels je suis à l’aise.

Et c’est cela qui me permet d’avoir une communication alignée.

Et vous, avec quoi êtes-vous aligné dans votre communication ?

Dois-je faire communiquer mes différentes activités entre elles  ?

En tant qu’entrepreneur, on peut être amené à développer un projet parallèle à notre activité principale, ou tout simplement développer une deuxième activité.

Dans ce cadre se pose la question de la communication : doit-on faire des passerelles entre les deux activités ou non ?

Et bien la réponse est….ça dépend !

  • Tout dépend d’abord des liens entre les deux projets : y a-t-il des passerelles logiques ou thématiques qui vous permettraient de relayer les informations d’un projet à un autre ?

Pour ma part, je fais des passerelles entre mon projet Aikido Millennials et Yéza Lucas lorsque des leçons d’aïkido peuvent être utiles à l’entrepreneuriat par exemple. J’ai d’ailleurs écrit des articles sur les leçons d’entrepreneuriat que m’a apprises l’aïkido.

  • Tout dépend ensuite de votre communication en général : communiquez-vous de manière personnelle ou avez-vous opté pour une communication d’entreprise ?

Pour ma part, j’ai choisi d’adopter une communication ultra personnalisée. Par conséquent, mes abonnés Yéza Lucas sont au courant de mes engagements avec @alerelibre. J’ai choisi ce parti pris risqué qui me permet d’être totalement moi dans ma communication, mais également de travailler avec des clients qui partagent mes valeurs.

Dans tous les cas, ce qu’il faut, c’est avant tout une cohérence globale pour une communication fluide.

Dans le cadre d’une communication basée sur un fort personal branding, on peut garder le même ton pour différents projets. Je ne change ni mon style ni mon ton lorsque je communique sur Yéza Lucas, Aikido Millennials ou A l’ère libre.

Évidemment, n’étant ni coach certifiée, ni aikidokate professionnelle, ni médecin, il m’arrive régulièrement de m’attirer les foudres de mes détracteurs, mais ce n’est pas cela qui va m’arrêter 😉

Alors, quel parti pris avez-vous choisi pour vos différents projets ?

Est-ce grave de ne rien publier pendant un moment sur le web ?

Pendant les vacances, on peut avoir envie de lever le pied des réseaux sociaux et arrêter de publier pendant quelques semaines.

Alors certes, on peut programmer des contenus via plusieurs outils indispensables du community manager, mais au-delà de cette astuce, une question de fond persiste : est-ce un vrai problème de ne pas publier pendant un moment ?

On peut déjà commencer par relativiser : sur l’échelle de la gravité, faire le mort sur la toile n’est pas des plus importants.

Cependant, à terme, cela peut être pénalisant si vous avez décidé de miser sur le web pour développer votre notoriété et votre clientèle.

Alors que faire quand vous n’êtes pas inspiré ou que vous n’avez pas la motivation pour être proactif dans votre communication ?

  • Avertissez votre audience que vous allez lever le pied et vous donner une limite pour reprendre votre communication ;
  • Publiez des stories sur Instagram, si les posts vous demandent trop d’énergie ;
  • Changez de rythme éditorial si vous trouvez votre communication trop soutenue ;
  • Troquez la communication formelle contre une communication personnalisée inspirée de votre quotidien ;
  • Déléguez cette tâche si vous sentez que la communication digitale est essentielle au développement de votre entreprise.

Vous l’aurez compris, rien n’est grave, mais à terme, faire le mort peut porter préjudice à votre communication d’entreprise car au fond, qui a envie de contacter une entreprise qui ne donne pas signe de vie en ligne ?

En tant qu’entrepreneur, il est essentiel de rassurer vos clients.

La régularité est une forme de gymnastique intellectuelle : plus vous publiez, plus produire des contenus vous demandera moins d’effort et plus de fluidité.

Si la communication digitale ne vous inspire pas, vous devez développer un fort réseau local et un bouche-à-oreille, mais attention à l’épuisement de ce système qui a connu ses limites dans un contexte de télétravail à répétition.

Conclusion

Dans l’entrepreneuriat, les injonctions sont fortes, et notamment concernant la communication digitale. Il en résulte des réseaux sociaux et des mails totalement standardisés et des entrepreneurs souvent peu alignés. Et si au contraire, vous décidiez de mettre un terme à cette communication normée pour tout simplement vous écouter ? Ce sera la meilleure manière d’affirmer votre personnalité sur le web auprès de vos abonnés, mais surtout intérieurement, pour suivre votre propre alignement.


Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Les champs requis sont indiqués *