Seuls 36% des dirigeants financiers europĂ©ens restent confia…




La part des dirigeants financiers europĂ©ens dĂ©clarants “ĂȘtre confiant” pour l’annĂ©e 2020, est passĂ©e de 50% avant la crise Ă  36% dĂ©sormais, cette baisse se traduit Ă©galement par une hausse du stress. C’est l’un des constats d’une enquĂȘte publiĂ©e le 23 juillet 2020 par Euler Hermes.

Je m’abonne

La confiance des dirigeants financiers europĂ©ens pour l’annĂ©e 2020 s’est vue impactĂ©e par la crise. Passant de 50% avant la crise Ă  36% aprĂšs, elle tĂ©moigne des difficultĂ©s rencontrĂ©es durant cette pĂ©riode inĂ©dite. Elle se traduit aussi par une hausse du stress (de 19% avant la crise Ă  39% dĂ©sormais). Certains dirigeants financiers se disent mĂȘme effrayĂ©s, c’est le cas de 23% d’entre eux.

Ce sont les premiers constats, publiĂ©s le 23 juillet 2020 dans un examen* de situation rĂ©alisĂ© par Euler Hermes. En analysant la confiance et les prioritĂ©s des dirigeants financiers europĂ©ens, le spĂ©cialiste de l’assurance-crĂ©dit dĂ©taille un optimisme prudent relativement Ă©levĂ© en dĂ©but d’annĂ©e qui a significativement chutĂ© depuis le dĂ©but de la crise.

Un constat similaire en Europe et en France

MalgrĂ© la menace d’un risque politique Ă©levĂ©, illustrĂ© par une montĂ©e du protectionnisme et du changement climatique, les leaders financiers prĂ©voyaient en dĂ©but d’exercice une amĂ©lioration des performances financiĂšres. En effet, l’Europe s’est montrĂ©e rĂ©siliente au niveau de la situation Ă©conomique et a su profiter de l’apport des nouvelles technologique, induisant un optimisme sur la croissance des ventes et des profits. Ça c’Ă©tait avant la pandĂ©mie de Covid.

La crise a redistribuĂ© les cartes, impactant la perception des dirigeants financiers europĂ©ens. En France, la conjoncture est apprĂ©hendĂ©e de la mĂȘme maniĂšre. A savoir un mĂ©lange de confiance malgrĂ© tout, de stresse et d’inquiĂ©tude. Les dirigeants financiers français sont confiants pour 44% d’entre eux, contre 48% avant la crise. Le stress en revanche est davantage prĂ©sent dans l’hexagone, il est passĂ© de 13% Ă  33% pendant la crise. Les rĂ©pondants ont Ă©galement indiquĂ© se sentir effrayĂ©s pour 20% d’entre eux, contre 6% prĂ©cĂ©demment.

Préservation du fonds de roulement

Avant la crise, la prioritĂ© en matiĂšre d‘investissement Ă©tait portĂ©e sur le digital. Mais depuis, la prĂ©servation du fonds de roulement a pris le dessus. Les directeurs financiers qui identifient cette prĂ©occupation comme prioritaire, sont passĂ©s de 19% avant la crise, Ă  30% dĂ©sormais. MalgrĂ© tout, les investissements digitaux restent une prĂ©occupation centrale, passĂ©e de 21% aujourd’hui, contre 22% avant la crise, soit un recul modĂ©rĂ©.

En France, les investissements digitaux arrivaient en tĂȘte des prioritĂ©s avant la crise, place qu’ils conservent d’ailleurs aujourd’hui. On remarque que la prĂ©servation du fonds de roulement, mĂȘme en sautant de 9 points, se stabilise en seconde place.

Les délais de paiement

En fĂ©vrier, 47% des dirigeants financiers europĂ©ens mentionnaient l’accroissement des dĂ©lais de paiement comme le risque qui les avaient le plus affectĂ©s l’an passĂ©. Une prĂ©occupation accrue par la crise. DĂ©sormais, ils sont 65% Ă  Ă©voquer ce facteur comme Ă©tant le plus troublant en mars et avril 2020. Cette apprĂ©hension est justifiĂ©e par une incertitude concernant la trĂ©sorerie. 44% des rĂ©pondants dĂ©claraient ĂȘtre “complĂštement prĂȘts” Ă  faire face Ă  un incident de paiement, contre 31% aprĂšs.

En France, le constat est davantage alarmant. 43% des dirigeants financiers mentionnaient l’accroissement des dĂ©lais de paiement comme le risque les ayant le plus accablĂ©s l’an passĂ©, contre 70% aprĂšs la crise.

L’enquĂȘte relĂšve que c’est dans la prĂ©paration de la gestion des risques que les entreprises sortiront renforcĂ©es de cette crise. La situation actuelle mĂšnera Ă  une polarisation du monde des affaires. Les entreprises technologiques, qui savent rapidement s’adapter et qui ont des stratĂ©gies de gestion de risques solides survivront.

MĂ©thodologie : Cette enquĂȘte Euler Hermes est basĂ©e sur 3 phases de recherches :

Phase 1 : un questionnaire en ligne, mené en février 2020 auprÚs de 847 décideurs financiers basés au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en Italie.

Phase 2 : une sĂ©rie d’entretiens tĂ©lĂ©phoniques avec des dĂ©cideurs financiers confirmĂ©s basĂ©s dans les 4 pays citĂ©s ci-dessus

Phase 3 : un nouveau questionnaire en ligne, menĂ© en mai 2020 auprĂšs de 222 dĂ©cideurs financiers basĂ©s dans les 4 pays citĂ©s ci-dessus, afin de mesurer comment l’opinion des dirigeants financiers europĂ©ens a Ă©voluĂ© au regard de la crise Covid-19.

Je m’abonne


Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Les champs requis sont indiqués *